Art visuel : les artistes s’affichent pour sensibiliser

Tous les secteurs sont affectés par cette crise sanitaire. Beaucoup d’artistes graphiques, qui sont aussi confinés, ont décidé de mettre leur art au service d’une même cause : sensibiliser le public aux petits gestes à respecter pour aider à freiner la propagation du virus. 

Adapter le message de fond au format

L’artiste Dan Gurney, né à Manchester, réalise des affiches graphiques pour le projet « Stay sane, stay safe » du studio hollandais Lennart & De Brujin. Le britannique a très vite compris l’importance de donner un sens responsabilisant à ses œuvres. Il a commencé à créer des affiches encourageant les gens à respecter les consignes de comportement dès que le confinement a été annoncé au Royaume-Uni. « C’était difficile de penser à autre chose », se confie-t-il. L’objectif ? Démontrer que « rester chez soi, respecter la distance de sécurité entre nous ou laver ses mains sont des simples consignes qui peuvent sauver des vies », explique le designer.

Pour Dan Gurney,  « les artistes ont la capacité de passer des messages importants tout en gardant des formats compréhensibles. À travers des supports différents, ils peuvent toucher des audiences très diverses. » En effet, les artistes adaptent leur contenu au public auquel ils s’adressent. Par exemple, le collectif espagnol Humo Studio, qui fait partie aussi de l’initiative  « Stay sane, stay safe » du Studio Lennart & De Brujin, a voulu parler spécifiquement des personnes âgées dans leurs affiches, un des groupes à risque dans la crise du coronavirus.  « Call your grandma veut encourager le public à appeler ses seniors, pour éviter qu’ils se sentent seuls. »

Des œuvres bien reçues par le public

Pour beaucoup d’artistes engagés dans la crise du coronavirus, celle-ci leur a permis de se sentir partie d’une même cause. Pour David Falvey, artiste graphique dans une agence à New York, la possibilité de donner cette valeur humaine à ses œuvres a été  « une opportunité unique », comme il la décrit lui-même.  « Je n’ai pas tous les jours la possibilité de créer des œuvres qui me passionnent. C’est très émouvant de voir comment notre travail a été reçu », se réconforte le designer. 

Les dessins rappelant le style des BD, mélangé avec l’utilisation de couleurs vivantes, donnent aux créations de Falvey une impression de légèreté, qui ont été très bien reçues, selon l’artiste new-yorkais : « Mes designs ont été assez partagés par d’autres internautes et quelques agences que je suis depuis déjà un certain temps ont remarqué les affiches que j’ai faites dans le cadre du coronavirus », se félicite-il. 

La diffusion des œuvres des artistes s’est faite entre autre sur les réseaux sociaux, notamment Instagram, « la plateforme idéale pour toucher le plus de personnes possible, provenant de réalités différentes », selon David Favley.

L’art comme forme de sensibilisation

Si les affiches, en elles-mêmes, ont un intérêt esthétique, la solidarité des artistes pendant la crise sanitaire démontre que l’art peut aussi être un vecteur de contenu engagé. Diogo Machado, ou “Ditswork”, est un illustrateur et artiste graphique portugais. Il a commencé à réaliser des affiches solidaires, avec le message « reste chez toi » depuis le début du confinement au Portugal, en mi-mai.  « L’art nous distrait, nous informe, nous apprend et peut même nous toucher émotionnellement. La plupart du temps, l’art est pourtant dévalorisé…», critique-t-il. 

Jamais une crise auparavant n’avait eu un impact aussi marqué dans le monde comme le coronavirus. Certains artistes comme Diogo Machado, pensent que mettre l’art au service des besoins actuels va permettre à la société de commencer « à valoriser l’art davantage », ce qu’il considère amplement « mérité ».

D’autres, comme Danielle Flinn, designer et résidente à Washington DC, restent plus sceptiques par rapport à l’attitude du public dans cette crise. « Si plus de compagnies et organisations décidaient de financer les artistes pendant cette période de confinement, on pourrait dire que l’art a un rôle plus important dans l’économie et dans la société que d’habitude. Cependant, sans support financier, l’art aura toujours un petit rayonnement dans la société », regrette l’artiste américaine.

Elena García Viscasillas

Rubrique | Au Coin Culture

Ces dernières semaines, le monde ralenti semble redécouvrir son besoin de culture. Les initiatives des acteurs et actrices du secteur culturel fleurissent sur les réseaux sociaux, Internet regorge de bons plans dématérialisés, et souvent gratuits. On vous aide à faire le tri, et on essaye de prendre un peu de recul : qu’est-ce que tout ça dit sur la culture, et comment le secteur est touché par la crise ?

Visiter la rubrique