Confinement : les personnes déficientes visuelles doivent aussi pouvoir accéder à leurs séries préférées

Bientôt un mois que nous sommes confinés en France. Regarder des séries est un bon moyen pour tromper l’ennui. Si pour la majorité des Français, aucun problème ne se pose, comment font les personnes mal ou non-voyantes ? Premier état des lieux de l’audiodescription des séries, avec la télévision française.

Que faire d’autre pendant le confinement que de regarder pour la dixième fois Friends et How I Met Your Mother, ou de découvrir la dernière saison de Baron noir ? C’est l’occupation principale d’un grand nombre de Français en ce moment. Parmi eux, 1,7 millions sont mal ou non-voyants et 207 000 sont complètement aveugles, selon l’association Aveugles de France.

Pour profiter pleinement des films et des séries, ils ont recours à l’audiodescription. C’est une technique qui consiste à insérer la lecture d’un texte descriptif en vue d’améliorer la compréhension de l’action par un déficient visuel. Elle rend compte des informations essentielles qui ne peuvent être perçues par le seul sens de l’ouïe : décors, paysages, costumes… Assez répandue pour le cinéma (bien que des progrès restent à faire, notamment en termes de qualité), l’audiodescription est-elle fréquemment proposée pour ce qui est des séries ?

L’audiodescription à la télévision

Du côté de la télévision, les offres d’audiodescription sont assez satisfaisantes, si l’on en croit les six membres du « panel audiodescription de la CFPSAA », Confédération Française pour la Promotion Sociale des Aveugles et Amblyopes, qui ont accepté de témoigner. Les chaînes les plus à la pointe sont le groupe TF1 et le groupe France Télévision. « Le but de TF1, c’est de s’adresser à tous », explique Marie Marzin, responsable des affaires réglementaires du groupe. Un objectif partagé par les chaînes du groupe France Télévision, selon Jean-Louis Navarro, directeur de la production « habillage et accessibilité » des antennes : « On est obligé de diffuser 1 000 programmes audiodécrits chaque année. On les fait largement. En 2019, on a même dépassé cet objectif. »

Parmi les autres chaines citées par les membres du panel, Arte et M6. Alors qu’Arte les satisfait globalement, M6 les déçoit. Contactées, ces deux chaînes n’ont pas répondu à nos questions.

Les programmes audiodécrits sont de plusieurs sortes : cinéma, séries, dessins animés, documentaires… Concernant les séries, TF1 et France Télévision privilégient tous deux les fictions françaises. « C’est cohérent par rapport aux quotas de fictions françaises imposés par le CSA (Conseil Supérieur de l’Audiovisuel) et le CNC (Centre national du cinéma et de l’image animée) », explique Jean-Louis Navarro. Autre argument, purement technique d’après Marie Marzin : « On ne peut diffuser que deux flux audio simultanés. Donc pour une série étrangère, on a le flux de la version originale et le flux de la version française. On ne peut pas ajouter de troisième flux, qui serait celui de l’audiodescription. »

Point essentiel pour les deux groupes, le contact fréquent avec les associations. « Les échanges avec les associations sont primordiaux », insiste Marie Marzin. « Par exemple un jour, on nous a fait remonter le fait que des coupures publicitaires intervenaient au milieu des phrases de l’audiodescripteur. On a donc décidé de transmettre aux laboratoires d’audiodescription nos prévisions de coupures publicitaires, pour qu’ils puissent les prendre en compte en amont. »

L’accessibilité sur Internet

Un problème demeure cependant pour ces chaînes de télévision, selon nos interlocuteurs du panel de la CFPSAA : l’accès aux programmes audiodécrits sur les sites de replay. Jean-Louis Navarro en est bien conscient, et qualifie même ce problème de nouvelle priorité : « C’est sûr que sur notre site internet, ce n’est pas aussi facile d’accéder aux versions audiodécrites de nos programmes. Il faut que l’on développe notre site pour que l’option « audiodescription » soit plus facile à trouver et à activer », admet-il. Pour TF1, le problème semble avoir été réglé en juin 2019. « Avant la refonte de notre site, on ne pouvait mettre que les programmes avec un seul flux audio. On n’avait donc ni fictions en version originale, ni programmes audiodécrits. Désormais, toutes nos séries sont disponibles en audiodescription sur notre site. L’outil « audiodescription » s’affiche. C’est donc plus simple pour y accéder », se félicite Marie Marzin.

Une solution est très souvent citée par les personnes déficientes visuelles : Voxiweb, un site internet qui permet aux personnes souffrant d’un handicap visuel, moteur ou cognitif d’accéder plus facilement aux contenus internet. 

Enfin, les deux groupes préviennent : en raison du confinement, un nombre important de laboratoires d’audiodescription ont dû fermer leurs portes. Il risque donc d’y avoir quelques problèmes dans les semaines à venir, même si les chaînes assurent avoir un stock.

Marion Mayer

Rubrique | Au Coin Culture

Ces dernières semaines, le monde ralenti semble redécouvrir son besoin de culture. Les initiatives des acteurs et actrices du secteur culturel fleurissent sur les réseaux sociaux, Internet regorge de bons plans dématérialisés, et souvent gratuits. On vous aide à faire le tri, et on essaye de prendre un peu de recul : qu’est-ce que tout ça dit sur la culture, et comment le secteur est touché par la crise ?

Visiter la rubrique