Covid-19 : Les facteurs de risque qui font la différence

Personnes diabétiques, en surpoids, âgées ou encore atteintes de pathologies cardiaques… Ces facteurs de risque, qui se précisent jour après jour, peuvent être à l’origine des formes les plus virulentes du Covid-19.

Au sein d’une population, certaines personnes sont plus sensibles au nouveau coronavirus. En effet, le Covid-19 se montre plus agressif lorsqu’il envahit l’organisme de patients à la santé fragile, considérés comme à risques. Mais qui sont ces personnes plus vulnérables au SARS-CoV-2 ? Le 10 mars 2020, le Haut Conseil de la santé publique (HCSP) a dressé une liste provisoire des différents types de personnes à risques.

Personnes considérées comme à risque selon le HCSP :

→ les patients aux antécédents cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée, antécédents d’accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV ;

→ les diabétiques insulinodépendants non équilibrés ou présentant des complications secondaires à leur pathologie ;

→ les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d’une infection virale ;

→ les patients présentant une insuffisance rénale chronique dialysée ;

→ les malades atteints de cancer sous traitement.

→ les personnes avec une immunodépression congénitale ou acquise :

  • médicamenteuse : chimiothérapie anti cancéreuse, immunosuppresseur, biothérapie et/ou une corticothérapie à dose immunosuppressive,
  • infection à VIH non contrôlé ou avec des CD4 < 200/mm3,
  • consécutive à une greffe d’organe solide ou de cellules souches hématopoïétiques,
  • liée à une hémopathie maligne en cours de traitement,

→ les malades atteints de cirrhose au stade B ou C de la classification de Child-Pugh ;

→ les personnes présentant une obésité morbide (indice de masse corporelle > 40 kg/m²) ;

→ les femmes enceintes à partir du troisième trimestre de la grossesse ;

→ les personnes âgées de 70 ans et plus.

Les facteurs majeurs

Parmi eux, la vieillesse reste l’un des principaux facteurs aggravants du SARS-CoV-2. Le 30 mars, la revue médicale britannique The Lancet montre que la maladie est plus virulente chez les personnes âgées de plus de 60 ans. En effet, le taux de mortalité parmi les cas confirmés s’élève à 6,4 % chez les plus de 60 ans et s’envole jusqu’à 13,4 % chez les plus de 80 ans. Cette étude effectuée sur 3 665 cas provenant de Chine démontre le risque important de mortalité en fonction de l’âge.

Elle montre aussi l’importance du taux d’hospitalisations qui augmente fortement en fonction de la vieillesse du patient : 0,04 % pour les 10/19 ans, 4,3 % pour les 40/49 ans, 11,8 % pour les 60/69 ans et 18,4 % pour les plus de 80 ans. Protéger les ainés est donc aujourd’hui une priorité. Les établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad) et autres structures d’accueil françaises pour personnes âgées enregistraient 4 166 décès le 10 avril 2020.

Le surpoids s’avère également être un facteur de risque non négligeable du Covid-19. Médecins et chercheurs ont récemment alerté sur la forte corrélation entre surpoids et développement de formes graves de la maladie. Le 2 avril, The Lancet publiait les recherches de médecins chinois qui affirment que 42 % des personneshospitalisées dans l’hôpital de Shenzhen souffrent de surpoids ou d’obésité.

De plus, en France, Hervé Quintard, anesthésiste-réanimateur au centre hospitalier universitaire (CHU) de Nice, confiait au Monde le 7 avril 2020 que, parmi leurs 40 patients admis en réanimation, 95 % d’entre eux étaient en surpoids ou obèses avec une hypertension artérielle et un diabète associés.

Un constat confirmé par Matthieu Schmidt, réanimateur à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Ce dernier observe un surpoids ou une obésité avec association de diabète et de tension artérielle chez 83% de ses patients atteints de Covid-19. Les trois quarts d’entre eux sont des hommes dont la moyenne d’âge est de 63 ans.

Susceptibles d’avoir plus de fièvre et de toux, les personnes obèses sont également plus sujettes aux embolies pulmonaires, ce qui peut expliquer leur prédisposition à contracter les formes les plus graves de la maladie.

D’autres pathologies en cause

Le 10 avril 2020, Santé Publique France a publié des statistiques relatives au Covid-19 en France. Ces dernières nous indiquent que sur les 2 218 cas admis au sein des services de réanimation français entre le 16 mars et le 5 avril, 73 % sont des hommes. Parmi eux, 23 % souffrent de diabète. En effet, l’élévation permanente de la glycémie peut altérer le système immunitaire et ainsi rendre plus vulnérables les diabétiques aux maladies infectieuses et à leurs complications.

19 % des patients à risques recensés par Santé Publique France souffrent de pathologies cardiaques. Pour se défendre contre l’infection, les cellules du système immunitaire luttent mais peuvent aussi fragiliser les tissus présents autour du cœur en créant une inflammation. Les cœurs sujets à pathologies sont alors fragilisés.

Chaque jour, soignants et chercheurs en apprennent un peu plus sur le SARS-CoV-2 et déterminent avec plus grande précision quels sont les facteurs aggravants de la maladie. La vieillesse et l’obésité étant particulièrement importants, chaque personne doit néanmoins minimiser les risques d’exposition au Covid-19 et pour cela une seule solution : rester chez soi.

Charlotte Cresson