La Fugue #3 : évadez-vous avec Koltès, Mishima, Kundera, Ngozi Adichie…

Difficile de fuir quand on est confiné. Une solution ? La lecture, bien sûr ! Chaque semaine, retrouvez sept épisodes du podcast La Fugue. Des romans, des poèmes, des polars, des essais… on vous lit quelques jolis extraits picorés au cours de nos lectures. Une onde apaisante pour partir en week-end ou égayer chaque jour de votre semaine.

Jour #1 : Koltès, Robert-Diard, Verhaeren, Duras

Marion Mayer lit le poème “La Pluie” d’Emile Verhaeren. Clémence Pénard continue sa lecture de La Déposition de Pascale Robert-Diard. Marion Michel nous plonge dans le désespoir de Bernard-Marie Koltès dans Roberto Zucco. Enfin, Alice Marot nous partage les mots intelligents de Marguerite Duras dans La Vie matérielle

Nos sons : 
Come in NUBU
Canadou Master – Comme ça se prononce 

Jour #2 : Pratt, Becker, Hugo, Vivier

Marion Michel lit l’incipit de La Balade de la Mer Salée, une aventure du marin Corto Maltese d’Hugo Pratt. Marion Mayer nous perd dans les hautes herbes de Broussailles de l’Espace de Roger Vivier, pendant qu’Alice Marot fait semblant d’avoir déjà fumé, entre deux lignes d’Outsider d’Howard Becker. A la tombée de la nuit, Clémence Pénard inspecte les âmes à travers Les Misérables de Victor Hugo. 

Nos sons : 
– Créations sonores originales d’Antoine Layère. Avec un hommage pour Aux Tourbières,  de Jordan Cauvin, sur son album Guitarvision.

Jour #3 : Faure, Mishima, Wittig, Goffin

Marion Mayer nous lit les regrets du poète Robert Goffin, dans “Jazz-Band”, tiré du recueil du même nom. Clémence Pénard a choisi un extrait du livre Le pavillon d’or, de Yukio Mishima. Alice Marot partage les réflexions de Monique Wittig sur les pressions que la société fait subir aux lesbiennes dans La Pensée straight. Marion Michel nous fait découvrir le peintre Velazquez grâce à un extrait de Histoire de l’art d’Elie Faure, et poursuit la scène du bain dans Pierrot le fou

Notre son : 
– Blaise Gazeau joue du saxophone 

Jour #4 : Rilke, Ngozi Adichie, Robert-Diard, Michaux

Clémence Pénard humanise les histoires judiciaires avec un autre extrait de La Déposition de Pascale Robert-Diard. Alice Marot nous emmène dans les États-Unis espérant l’élection de Barack Obama, avec Americanah de Chimanda Ngozi Adichie. Marion Mayer ironise sur la figure du bourreau, avec le poème “Le Bourreau”, tiré du recueil Lointain intérieur, de Henri Michaux. Enfin, l’autre Marion nous partage les beaux conseils de Rainer Maria Rilke dans un extrait de ses Lettres à un jeune poète

Nos sons : 
O Fronte Serena, “Récréations italiennes”, Ensemble Parchemins 
Rebonds A, Yannis Xenakis – Valentin Jousserand 
Battaglia Francese, “Récréations italiennes” – Ensemble Parchemins

Jour #5 : Kundera, Le Doeuff, Gary, Desproges

Voilà un épisode plein de nouvelles voix ! Marie Boyer nous renverse le cœur avec L’insoutenable légèreté de l’être de Milan Kundera et Justine Daniel lit un extrait de L’Étude et le Rouet, essai de la philosophe féministe Michèle Le Doeuff. Hugo Lallier met sa voix à contribution pour faire résonner La promesse de l’aube de Romain Gary et Elsa Marchand-Cormery nous partage l’humour pointilleux de Pierre Desproges avec Maniaque

Nos sons :
Un cavalier à cheval, haut Moyen-Âge, un soir de pleine luneBalthazar!
Séquence érotiqueBalthazar!

Jour #6 : Nietzsche, Rostand, Galien, Ovide

Clémence Pénard nous emporte dans les couloirs sombres de Paris la nuit, à la lecture des Cicatrices de la nuit, d’Alexandre Galien. Dans la nature, Nietzsche y réfléchit bien mieux plutôt qu’à son bureau, comme nous explique Adrien Palluet grâce à la Lettre à Overbeck du 5 janvier 1884. Justine Daniel lit Ovide dans les pâturages et se Métamorphose(s) tandis qu’Alice Marot se fond dans le corps  de Cyrano de Bergerac d’Edmond Rostand. 

Nos sons : 
Cendres, Horus (Louis Quiles – Percussion et Sami Naslin – Live electronics) 
– “Prélude”, Suite n°6 pour violoncelle, J.-S. Bach – Valentin Jousserand

Jour #7 : Bergson, Sénéquier, Dostoïevsky, Camus

Marion Mayer parle de la symbolique du salut au théâtre, grâce à un extrait du Manuel de mise en scène d’Axel Sénéquier. On s’évade avec la description de l’aube d’Albert Camus dans L’Été, lue par Justine Daniel. Clémence Pénard lit Les Frères Karamazov, de Dostoïevsky. Alice Marot explore la conception du temps du philosophe de Henri Bergson dans un extrait de L’Évolution créatrice.

Notre son : 
Rancheador, Jorge Vistel – Exchange of Happiness

Jingle : Fugue XVI, Le Clavier bien tempéré vol.2, Jean-Sébastien Bach – DAVE and the Rouckets

Alice Marot, Marion Mayer, Marion Michel, Clémence Pénard, Justine Daniel

Rubrique | Au Coin Culture

Ces dernières semaines, le monde ralenti semble redécouvrir son besoin de culture. Les initiatives des acteurs et actrices du secteur culturel fleurissent sur les réseaux sociaux, Internet regorge de bons plans dématérialisés, et souvent gratuits. On vous aide à faire le tri, et on essaye de prendre un peu de recul : qu’est-ce que tout ça dit sur la culture, et comment le secteur est touché par la crise ?

Visiter la rubrique