La Fugue #4 : évadez-vous avec Ortiz, Yourcenar, Giono, Hergé…

Difficile de fuir quand on est confiné. Une solution ? La lecture, bien sûr ! Chaque semaine, retrouvez sept épisodes du podcast La Fugue. Des romans, des poèmes, des polars, des essais… on vous lit quelques jolis extraits picorés au cours de nos lectures. Une onde apaisante pour partir en week-end ou égayer chaque jour de votre semaine.

Jour #1 : Hugo, Vilikovsky, Baricco, Guilleragues

Alice Marot nous ferait presque entendre les pleurs dans la nuit, des Contemplations, de Victor Hugo. On s’aventure ensuite dans l’esprit tourmenté de Pavel Vilikovsky avec Clémence Pénard qui nous lit un extrait d’Un chien sur la route. C’est la quatrième lettre des Lettres portugaises , de Gabriel de Guilleragues qu’a choisi Justine Daniel. Enfin, Marion Michel nous emporte au creux des vagues, avec sa lecture d’Océan Mer, le deuxième roman de l’auteur italien Alessandro Baricco. 

Nos sons : 
Domine Deus, Jean-Sébastien Bach – interprété par la chorale A Tre Voci 
Cendres – Horus
La MerSenzillesa 

Jour #2 : Galien, Delerm, Lecomte, Rivière

Après avoir goûté le sang du crime avec Clémence Pénard et son polar Les cicatrices de la nuit d’Alexandre Galien, ennuyez-vous quelques instants avec Jean-Loup Rivière, Le monde en détails lu par Justine Daniel. Marion Mayer nous embarque dans un décor de “Fait divers inutile”, un poème de Marcel Lecomte. Enfin, écosser les petits pois ensemble, c’est aussi comme cela que l’on s’aime, nous explique Marion Michel avec sa lecture d’Une première gorgée de bière, recueil de textes de Philippe Delerm. 

Notre son :
Seven on fiveDrumstick Boy 

Jour #3 : Corbin, Carême, Char, Badinter

Un peu d’air glacé dans les sommets avec la lecture du poème Pyrénées de René Char par Clémence Pénard. Un peu d’air frisquet dans la nuit d’été silencieuse appréciée par Proust à la lecture d’Histoire du silence d’Alain Corbin par Alice Marot. Un vent de liberté démocratique dans les mots de Robert Badinter quand Justine Daniel récite L’Abolition. Un souffle des non-dits de Maurice Carême dans Figures, “Je n’ai pas dit” insiste Marion Mayer. 

Nos sons : 
Night, Drumstick Boy 
5 pièces pour 2 violons et piano, “Prélude”, Dmitri Chostakovitch –  Marwane Champ, Loris Sikora, Elouan Quelen (arrangement) 

Jour #4 : Lutes, Ortiz, Bernier, Guilleragues

Notre invité Théo Sire nous plonge dans la Porn Valley, de Laureen Ortiz. Bienvenue à San Fernando Valley, la capitale mondiale du porno, l’autre Los Angeles, le versant sombre et brûlant d’Hollywood. Puis, c’est au tour de Marion Michel. Elle lit le premier volet de la trilogie Berlin, intitulé La Cité des pierres. Écrit et dessiné par Jason Lutes, ce roman graphique reconstitue les espoirs et les combats des Berlinois, à la fin des années 30, alors que l’idéologie nazie se développe. Marion Mayer et Adrien Palluet récitent, à deux, un poème d’Armand Bernier, “La famille humaine”. Enfin, Justine Daniel clôt cet épisode par la cinquième lettre des Lettres portugaises, de Gabriel de Gilleragues. 

Notre son : 
Zombi Star Project Balthazar! 

Jour #5 : Rimbaud, Barthes, Yourcenar, Poe

Du suspens avec le poème d’Edgar Allan Poe, Le corbeau, lu par Clémence Pénard. De la poésie, à nouveau, cette fois la correspondance d’Arthur Rimbaud : Marion Michel nous partage un extrait des « Lettres à Ernest Delahaye », du recueil Poésies Complètes. Dans Mythologies, Roland Barthes comparaît audacieusement soucoupes volantes et URSS, c’est ce qu’Alice Marot a voulu nous raconter. On entend finalement la voix de Marion Mayer. Elle a choisi Écrit dans un jardin, un texte de Marguerite Yourcenar, traitant de l’alchimie entre l’eau, l’air, le feu, la terre, et nos corps humains. 

Nos sons : 
Aurilla Mia Ensemble Parchemins
Raconte-moi le ventSenzillesa 

Jour #6 : Apollinaire, Vuillard, Poe, Camus

Alice Marot observe le repos d’un dimanche paresseux et péniblement mélancolique avec sa lecture d’un poème de Guillaume Apollinaire extrait du fameux recueil Alcools. Puis Marion Michel nous embarque au cœur des préparatifs de la Seconde guerre mondiale par l’armée allemande, avec sa lecture de L’ordre du jour d’Eric Vuillard. Clémence Pénard nous fait vivre le deuil vu par Edgar Allan Poe, extrait du Corbeau et Justine Daniel lit L’été d’Albert Camus, qui cherche dans la mer un apaisement à sa mort.

Nos sons : 
Stabat Mater, Pergolese – interprété par la chorale A Tre Voci
Ave Maria, Caccini – interprété par la chorale A Tre Voci

Jour #7 : Tordeur, Wilde, Giono, Hergé

Il y a du Tryphon dans l’air, surtout quand Marion Michel lit les préparatifs du voyage spatial de Tintin et ses amis dans Objectif Lune dessiné par Hergé. Justine Daniel plonge dans la Tamise et les coupe-gorges de Londres au temps d’Oscar Wilde avec Le Crime de Lord Arthur Savile. Marion Mayer palpe l’imperceptible dans “J’existe à force”, un poème inédit de Jean Tordeur et Clémence Pénard se promène dans les bastides, et gravit Colline accompagnée de Jean Giono. 

Nos sons : 
– Créations sonores originales d’Antoine Layère

Jingle : Fugue XVI, Le Clavier bien tempéré vol.2, Jean-Sébastien Bach – DAVE and the Rouckets

Alice Marot, Marion Mayer, Marion Michel, Clémence Pénard, Justine Daniel

Rubrique | Au Coin Culture

Ces dernières semaines, le monde ralenti semble redécouvrir son besoin de culture. Les initiatives des acteurs et actrices du secteur culturel fleurissent sur les réseaux sociaux, Internet regorge de bons plans dématérialisés, et souvent gratuits. On vous aide à faire le tri, et on essaye de prendre un peu de recul : qu’est-ce que tout ça dit sur la culture, et comment le secteur est touché par la crise ?

Visiter la rubrique