La Fugue #6 : évadez-vous avec Minoui, Panh, Michel, Nagarjuna

Difficile de fuir quand, même après le déconfinement, il est conseillé de rester chez soi. Une solution ? La lecture, bien sûr ! Chaque semaine, retrouvez sept épisodes du podcast La Fugue. Des romans, des poèmes, des polars, des essais… on vous lit quelques jolis extraits picorés au cours de nos lectures. Une onde apaisante pour partir en week-end ou égayer chaque jour de votre semaine.

Jour #1 : Lekeuche, Aragon, Panh, Musset

Le poète Philippe Lekeuche nous emmène en pleine mer, avec un extrait de son livre Si je vis. C’est en plein cœur qu’Aragon vise dans son roman Aurélien et puis l’ambiance s’assombrit, avec une lecture de l’Élimination de Rithy Panh, avec Christophe Bataille suivie de la mort tragique du pélican de Musset, dans sa Nuit de Mai.

Nos sons : 
Burn – Drumstick Boy
Didon et Enée, H. Purcellinterprété par la chorale A Tre Voci

Jour #2 : Pasolini, Ayroles, Racine, Grenier 

Serait-ce L’odeur de l’Inde qui se dégage de cet extrait lyrique, dans lequel Pier Paolo Pasolini décrit une étape de son voyage dans ce pays ? Les Indes Fourbes, une bande dessinée scénarisée par Alain Ayroles et dessinée par Juanjo Guarnido, nous emmène, quant à elle, en Amérique du Sud, encore appelée « Indes occidentales » au XVIème siècle. Puis, Racine, pour écrire Phèdre, s’inspire des tragédies grecques et des passions incestueuses. Essai de Jean Grenier, Les Îles raconte la relation de l’écrivain et philosophe Briochin avec son chat Mouloud, puis évoque diverses îles, réelles ou imaginaires, les îles Kerguelen, les îles Fortunées, l’île de Pâques, ainsi que l’Inde, comme autant de moments de sa vie.

Nos sons : 
One Drumstick Boy
West Drumstick Boy 

Jour #3 : Gréban, Camus & Casarès, Rabhi, Wieviorka

Au milieu du XVème siècle, Arnould Gréban écrit Passion, une pièce de théâtre sur la vie de Jésus-Christ : quatre journées de représentation, 400 personnages, 34 574 vers. Dans cet extrait de 17 vers, Marie apprend comment Jésus mourra. Ce sont ensuite les mots d’amour d’Albert Camus pour Maria Casarès dans leur Correspondance (1944-1959) que nous entendons avec délice et émotion. Dans Ils étaient juifs, résistants, communistes, Annette Wieviorka raconte l’histoire des juifs communistes fusillés en 1941-1942. Enfin, Pierre Rabhi rend hommage à l’artisanat dans Vers la sobriété heureuse

Notre son : 
Méditation de Thaïs, J. Massenet – interprété par Simon Ohanian au piano et Anastasia Karizna au violon, dans le cadre de l’enregistrement du CD « Carnet de Voyages » de la chorale A Tre Voci. 

Jour #4 : Brel, Michel, Auster, Gide

Jacques Brel, dans La ville s’endormait, décrit l’arrivée du voyageur dans les couleurs du soir qui tombe sur les rues pavées. Louise Michel met ses espoirs dans la jeune humanité pour gagner le combat pour la « délivrance de tous« , dans Prise de position. Dans sa Trilogie new-yorkaise, l’écrivain américain Paul Auster observe la construction de l’individu par le mimétisme de ceux qu’il admire. Enfin, André Gide se rappelle de son rôle de juré dans Souvenirs de la cour d’assises et des failles de la machine judiciaire. 

Nos sons : 
Love’s old sweet song : saxophone et orchestre – Edna White, Gaylord Chester et J.L. Molloy  (Variety Stage Sound Recordings and Motion Pictures, Library of Congress)
Frozen Jungle – Komiku (Free Music Archive, Library of Congress)

Jour #5 : Minoui, Giraudoux, Weil, Zweig

Que se passe-t-il derrière les murs de la bibliothèque de Daraya, en Syrie ? Delphine Minoui, dans Les passeurs de livres de Daraya, nous y emmène. Puis, on fait un pas de côté avec Jean Giraudoux et sa pièce Intermezzo. Et puis un pas en avant, avec Simone Weil qui nous raconte la joie pure qui habitait le mouvement social de 1936 en France, dans La condition ouvrière. Enfin, un pas en arrière, avec Stéphane Zweig et son Monde d’hier, qui rappelle comment le temps s’étire, sans les transports modernes.

Nos sons : 
Gospel for GuysNubu
EgyptDrumstick Boy

Jour #6 : Pessoa, Michaux, Wauthier, Pasolini 

Dans son Livre de l’intranquillité, Fernando Pessoa compare son âme à un orchestre, alors que dans Qui je fus, le premier recueil du poète belge Henri Michaux, nous sommes jetés dans un violent corps à corps, dont les acteurs demeurent mystérieux. Quant au poème « L’envers du ciel » de Jean-Luc Wauthier, il raconte une frustration continue pour l’artiste : celle de l’énigme de l’existence du monde. Pier Paolo Pasolini, avec cet extrait du poème « Le journal intime », tiré du recueil Adulte ? Jamais, semble avoir trouvé la solution pour un esprit tranquillisé : la boucle est bouclée. 

Nos sons : 
Flower Drumstick Boy
VSM Drumstick Boy

Invitée du jour : Anaïs Beji

Jour #7 : Gibran, Rostand, Nagarjuna, Wieviorka

Edmond Rostand joue avec les mots, les saveurs et les ingrédients dans Cyrano de Bergerac. Nagarjuna fait le vœu d’être un objet de plaisir et de grande valeur dans son poème « Guirlande précieuse (Ratnavali) ». Dans Le Prophète, Khalil Gibran sépare la pensée des paroles, la solitude de l’inquiétude. Une lettre, enfin. Celle d’un juif résistant, Charles, qui fait ses adieux à sa Susanne, son seul grand amour, dans Ils étaient juifs, résistants, communistes d’Annette Wieviorka. 

Nos sons : 
Made in FranceDuo Fines Lames 
Un cavalier à cheval, haut moyen âge, un soir de pleine luneBalthazar!

Invitée du jour : Anaïs Beji

Jingle : Fugue XVI, Le Clavier bien tempéré vol.2, Jean-Sébastien Bach – DAVE and the Rouckets 

Marion Mayer, Marion Michel, Alice Marot, Clémence Pénard, Justine Daniel

Rubrique | Au Coin Culture

Ces dernières semaines, le monde ralenti semble redécouvrir son besoin de culture. Les initiatives des acteurs et actrices du secteur culturel fleurissent sur les réseaux sociaux, Internet regorge de bons plans dématérialisés, et souvent gratuits. On vous aide à faire le tri, et on essaye de prendre un peu de recul : qu’est-ce que tout ça dit sur la culture, et comment le secteur est touché par la crise ?

Visiter la rubrique