La bicyclette, petite reine du déconfinement

Alors que le déconfinement s’opère, différentes villes ont mis en place des pistes cyclables temporaires pour proposer aux travailleurs une alternative aux transports en commun.

« Le vélo c’est un geste barrière », confie Mathieu Chassignet, ingénieur à l’Agence de la transition écologique des Hauts-de-France (ADEME). « Il respecte la distanciation sociale, permet de garder la forme, et à travers lui les personnes se réapproprient l’espace urbain. » En ville, les cyclistes ont souvent du mal à trouver leur place, entre voitures et transports en commun. Mais depuis quelques semaines, le vent a tourné, et les pistes cyclables se sont multipliées. 

C’est le cas à Lille, où de nouveaux tracés jaunes sont apparus sur les routes. Sur le boulevard Victor Hugo, il est désormais possible de pédaler sur 2,7 kilomètres. À coup de peintures et balises, la chaussée s’offre aux cyclistes. « C’est un des piliers de ce qu’on nomme l’urbanisme tactique, explique Mathieu Chassignet. Il s’agit de rééquilibrer l’espace public en diminuant la place de la voiture au profit du vélo et des piétons. »

Une alternative aux transports en commun

Ces initiatives sont saluées par les associations : « C’est une excellente nouvelle. En déployant au plus vite ces nouvelles pistes, on offre peu à peu un véritable choix aux usagers », explique Alexis Frémeaux, le président de Mieux se Déplacer à Bicyclette (MDB), association de cyclistes franciliens. « Auparavant les Français avaient plus souvent le choix entre la voiture et les transports en communs. Sauf que ces derniers ne sont plus sûrs », décrypte-t-il. 

La maire de Paris, Anne Hidalgo, prévoit la création de pistes cyclables qui suivent le tracé des lignes de métro 1, 4 et 13 – les plus fréquentées- pour permettre ainsi aux vélos, trottinettes électriques et mono-roues de pouvoir se déplacer tranquillement.

« Cependant, nuance Alexis Frémeaux, il faut garantir une continuité de ces pistes, sans interruptions abruptes comme c’est parfois le cas, ce qui met en danger les usagers. »

Un enjeu d’ordre national

Pour faire face à la demande de sécurité et développer l’usage du vélo, le ministère de la Transition Écologique a mis la main à la poche, en débloquant 20 millions d’euros pour faciliter la pratique du vélo à la sortie du confinement. Au menu différentes aides, comme la mise en place d’un forfait mobilité durable mais aussi la création de stationnements supplémentaires. 

Seul regret ? « C’est dommage qu’il ait fallu attendre une crise sanitaire pour faire en urgence une politique qui aurait déjà dû exister, constate Mathieu Chassignet. Mais au moins, on voit qu’on a les moyens de le faire. En quinze jours plus de 1 000 kilomètres de pistes cyclables temporaires ont été mises en place en France. » 

Marie Boyer

Rubrique | Feel Good

Des recettes spécial confinement, du sport, des vidéos, des tutos… Plus besoin de scroller Insta toute la journée ou de jongler avec du papier toilette, la rubrique Feel good vous occupe et illumine le morne horizon de votre confinement.

Visiter la rubrique