Vincent Joly : « Tous les présidents sont extrêmement inquiets »

Les salles de sports sont fermées, les sportifs sont cloîtrés chez eux, depuis le début du confinement le sport mondial est à l’arrêt. Vincent Joly, président du Volley-Club Marcq-en-Baroeul (VCMB), est un président inquiet. La crise du coronavirus va fortement impacter les finances des clubs de Ligue A féminine. Certains sponsors mettent déjà la clé sous la porte.

Comment vous êtes-vous organisé à l’annonce du confinement ?

Lors de la première intervention du président de la République et avant même la mise en place du confinement, le VCMB n’a pas attendu les mesures étatiques pour protéger ses salariés et ses licenciés. J’ai décidé de suspendre tous les entraînements du club. Dans la foulée, j’ai téléphoné au président de la fédération française de volley-ball qui a décidé de suspendre le championnat. De plus, nous avons libéré nos joueuses pour qu’elles puissent retourner dans leur pays et se confiner là où elles le souhaitaient.

Comment parvenez-vous à gérer votre club depuis votre domicile ?

La première chose, c’est de montrer qu’il y a toujours un commandant de bord pour mettre en sécurité, pour rassurer et pour informer les proches du club. Pour moi, c’est ce qui compte le plus aujourd’hui. Je fais beaucoup de réunions avec mes joueuses, mon staff et les autres présidents des clubs de la Ligue, pour garder le contact et continuer à prendre des décisions.

Je suis souvent en contact avec Thibault Gosselin, notre entraîneur, mais aussi avec mon vice-président, Gauthier Deranville. Avec lui, nous travaillons déjà sur la saison prochaine. De mon côté, je travaille également avec nos partenaires institutionnels et privés pour trouver des solutions financières.

Vos joueuses sont-elles en chômage partiel ?

Leur contrat est signé jusqu’au 30 juin, mais nous les avons mises en chômage partiel, car on ne peut pas réaliser l’objet du contrat. Les salles de sports sont fermées, le championnat est suspendu, elles ne peuvent pas s’entraîner, elles ne peuvent pas jouer, elles ne peuvent rien faire.

L’arrêt du championnat peut-il mettre en difficulté un club comme le VCMB ?

Aujourd’hui, je peux confirmer que le budget sera équilibré pour la fin de saison. L’État nous a bien aidé en reportant le paiement des cotisations. Mais tous les présidents sont extrêmement inquiets, y compris ceux des clubs les plus riches. Inquiets pour la fin de la saison, mais aussi pour l’année prochaine. Le principal problème vient des sponsors. Les partenaires institutionnels nous encouragent et nous aident à trouver des solutions. En revanche, du côté du privé, c’est une tristesse. Aujourd’hui, c’est très compliqué de leur réclamer l’argent qu’ils nous doivent, parce que certains me parlent de dépôt de bilan. C’est là qu’on se rend compte du désastre économique que représente cette épidémie.

Votre équipe était sur une très bonne dynamique avant l’arrêt du championnat. Allez-vous militer pour sa reprise ?

Non, pas du tout. Je ne militerai pas pour la reprise du championnat par respect vis-à-vis des victimes et des proches de victimes. L’heure n’est plus à la fête, l’heure est à la reconstruction et au respect. Mais, je suis aussi pragmatique. Je sais très bien que le confinement va se poursuivre et que les salles de sports ne réouvriront pas avant le mois de juin. Or, on ne peut pas reprendre un championnat au mois de juin, ce n’est pas possible, car nous devons libérer nos joueuses qui partent en sélection.

Quelles solutions envisagez-vous ?

Avec tous les clubs du championnat, nous avons proposé un gel du championnat à la dernière journée. Nous souhaitons qu’il n’y ait ni montée, ni descente et pas de titre de champion décerné. Cependant, les clubs étant aux places qualifiables pour les coupes d’Europe, seront qualifiés pour la saison prochaine.

                                                                                                                                                                          Jules Forêt.

Rubrique | Sportivement

Tout ce qu’il faut savoir sur l’actualité sportive : le quotidien des sportifs confinés, les enjeux de ce confinement mais aussi le suivi de l’actu hors Covid.

Visiter la rubrique